Robin Hunzinger - La cavale
Accueil du site > Les Films > “Ou sont nos amoureuses " 2006

“Ou sont nos amoureuses " 2006 

lundi 8 octobre 2007, par Robin Hunzinger

Film documentaire, 53 minutes, HDCAM. 16/9, 5.1, 2007 Coproduction : REAL PRODUCTIONS/ FRANCE 3

Bourse d’aide à l’écriture du CNC, 2006

Etats généraux du film documentaire, Incertains regards, Lussas, France, 2007. Cosica.doc, Ajjacio, France, 2007 MEDIMED 2007, Sitges, Espagne, 2007 Festival des libertés, Bruxelles, Belgique, 2007 Festival du film documentaire Traces de Vie, Compétition officielle, Clermont-Ferrand, 2007 GRAND PRIX Sélection TELEMAQUES 2007-2008 FIPATEL, Biarritz, France, 2008 Women’s International Film Festival, Miami, USA, 2008. Etoile de la SCAM 2008

Ce film raconte le destin de deux jeunes provinciales, Emma et Thérèse, professeurs toutes les deux, dans les années 30 et qui tentent de construire ensemble une vie à la fois engagée et amoureuse. Leur émancipation va se transformer en apprentissage douloureux puis en épreuve du feu.

En 1929, Emma a 23 ans. Thérèse, 21 ans. Elles se sont rencontrées à Nancy, dans une prépa au concours d’entrée à l’Ecole Normale de Fontenay. Il naît entre elles un sentiment qui se réfère à l’absolu. Elles vont devenir professeurs. En 1932, séparées par des nominations dans deux villes différentes, Mende et Felletin, elles souffrent de leur isolement, s’écrivent, se retrouvent aux vacances. Elles rêvent d’une vie commune et tentent de la construire malgré le désir d’Emma de s’agrandir à d’autres amours. Ce sont les années 1930 et la montée des utopies et des dangers. Elles se politisent, assistent à des congrès antifascistes ou communistes, tout en partant marcher, camper dans des paysages splendides. En 35 elles songent à adopter un enfant. Un intrus et l’Histoire vont les séparer : Noël 35, dans les Vosges, lors d’une rencontre d’enseignants, Emma rencontre Marcel, Alsacien germanophile, chef d’entreprise, et l’épouse six mois plus tard. Dès lors la vie de ces deux jeunes femmes se séparera pour aller se fracasser dans l’Histoire. Emma vivra un exil douloureux en Alsace, mettra au monde quatre enfants. Elle s’y compromettra dans une prison sans issue. Thérèse de son côté militera pour l’Espagne puis s’engagera dans la Résistance en Bretagne et mourra en héros, torturée, massacrée. Deux établissements scolaires porteront son nom : Thérèse Pierre.

Les personnages

Emma, grande, blonde, incandescente, se veut un être d’exception et de choix. Elle est née le 22 janvier 1906, en Bourgogne, elle est fille et petite fille d’instituteurs à Puligny-Monrachet, Saint-Aubin. Professeur de français à Mende et à Nevers, ses amis sont communistes, homosexuels, intellectuels, anticonformistes. Elle est du côté de la vie. C’est la vie qui la passionne, la vie qui la fascine. Elle est une femme exigeante, libre, qui aime librement, qui aime les femmes, qui aime les hommes, qui se cherche en amour, qui voyage, qui se cherche politiquement, qui lit « Monde » journal de gauche, qui s’engage à gauche. Mais qui lit aussi Gide, et Gide pour finir, pourrait expliquer son retournement, ce choix d’une plénitude des plaisirs, au moment même où son énergie rebelle se fait absorber par la tentation de l’aisance matérielle et de la sécurité affective. Elle qui politiquement, donc moralement, ne valait que par Thérèse, va sombrer.

Thérèse

Thérèse, discrète, sensible, volontaire, est un personnage douloureux d’une grande dimension tragique. Elle est née le 5 novembre1908, à Epernay, dans la Marne. Elle est fille d’instituteurs. Elle obtient la première partie du professorat en 1929, mais jamais la deuxième partie. Nommée surveillante à Evreux, puis à Felletin, chargée d’enseignement à Bar-le-Duc, Vitré, Redon et Fougères, elle semble moins faite pour la vie de professeur que pour l’action et l’engagement politique. Nous la connaissons par les lettres d’Emma qui lui sont adressées, recopiées dans un cahier, et par les albums de photo d’Emma concernant la période de1929 à 1935. Il y a en elle une vigilance, une tendresse, une anxiété qu’elle oriente vers les autres. Surnommée « Le totem » dès la prépa de Maxéville, Thérèse avance déjà les idées fortes. Elle marche en avant. Au contraire d’Emma la prodigue, Thérèse est austère, avec en elle un idéal de pauvreté révolutionnaire qui la structure en profondeur. Son énergie réfractaire refusera toujours de plier. Arrêtée par la Gestapo, interrogée, elle saura atteindre les limites de la souffrance humaine sans trahir un seul secret. Celle qu’Emma protégeait comme son enfant s’est retrouvée en première ligne, seule au cœur du plus grand danger.

Le temps, le contexte, la problématique

Il s’agit d’un apprentissage féminin d’autant plus sombre qu’il est précédé d’une émancipation lumineuse. En voulant vivre d’une vie intellectuelle pleine et riche, Emma et Thérèse font partie de l’histoire des femmes. Elles sont étudiantes à une époque où se développent les idéologies socialiste et marxiste, en même temps que le mouvement féministe. Leur deux vies abordent ensemble l’amour exclusif, les amours libres, la bohème, l’adoption d’enfant par un couple de femmes, mais aussi la conscience politique et l’engagement (notion à la fois très loin et très près de nous). Ceci à l’époque du premier camping sauvage, de ses grandes marches à pied, sac à dos ; de l’effervescence née de la création de l’URSS ; et de la montée du nazisme. Cette destinée conjointe d’Emma et de Thérèse, période d’essor, de grande lumière, se situe entre 1929 et 1935.
Leur rupture va brutalement les projeter face à elles-mêmes et dans l’Histoire. Le film interroge dès lors le choix et ses conséquences. On enquêtera sur le climat politique de l’Alsace sous domination nazie, sur celui de la Bretagne occupée et sur le rôle majeur et occulté des femmes pendant la Résistance.
Trois provinces englobent cette histoire, la Lozère, l’Alsace et la Bretagne.

La démarche de la réalisation du film

Ce film raconte la quête du narrateur, petit-fils d’Emma, pour rassembler les morceaux brisés de deux vies. Il en construit sous nos yeux un film comme on écrit « un tombeau ».
Il sera un hommage au féminin. Il interrogera la destinée d’Emma et de Thérèse et replacera leur histoire intime dans une histoire collective des femmes.

P.-S.

Louer le film en VOD et acheter le DVD : http://www.filmsdocumentaires.com/f...

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter